l'encrier de rosemarie

l'encrier de rosemarie

Messe basse avant l'enterrement

- Attends, Thérèse! Donne la canne, je vais te prendre le bras. Voilàààà, assieds-toi. Doucement. Dis-donc, ça s'arrange pas, ta hanche. Tu as vu le docteur cette semaine?

- M'en parle pas. Il dit qu'il faut opérer. Redonne-moi la canne, merci. Opérer à mon âge! Pas question. J'ai dit au docteur - tu sais je vais chez le fils à Jules - j'ai dit pas question, je suis trop vieille. Donne-moi des remèdes pour plus avoir mal et c'est tout.

- Je comprends bien, je ferais la même chose à ta place. Moi, c'est pas la hanche, c'est les pieds. Tu vois, j'arrive plus à marcher comme il faut tellement ça fait mal. Il me faut toute la matinée pour aller jusqu'au Cerisier voir Clémentine.

- Comment elle va, Clémentine?

- Oh, je pense qu'elle va pas faire bien long à prendre la place de ce pauvre Célestin là-haut devant l'autel. Ça pourrait bien être le prochain enterrement. Elle est quand même beaucoup plus vieille que nous. Elle arrive à nonante.

- Regarde! Tu connais celle qui rentre dans l'église maintenant? C'est la femme au notaire, tu sais, la nouvelle.

- Ah! Je l'avais encore jamais vue. Elle vient de la plaine, hein? Hé bien, va falloir qu'elle s'habitue à vivre ici en haut au village. Me demande si elle va tenir le coup.

- Surtout que le notaire, c'est pas quelqu'un de facile à vivre, d'après ce qu'on dit. Sa première femme pourrait en raconter des choses si elle était encore de ce monde!

- Et lui, là, tu as vu? Il s'est mis tout en dimanche pour venir enterrer le pauvre Célestin.

- C'est qui?

- Mais tu l'as pas reconnu? C'est le nouveau directeur du home. Il paraît qu'il est bien, il parle patois, tu te rends compte! Un jeune comme ça!

- Ça, c'est bien, s'il parle patois, quand on sera au home, on pourra bien discuter avec lui.

- Qu'est-ce que tu racontes? Tu parles déjà d'aller au home? Moi, j'aimerais bien mieux mourir à la maison. J'ai pas envie d'aller retrouver tous ces vieux qui savent même plus comment ils s'appellent.

- Pourtant, tu vois, Célestin, il est resté cinq ans au home. Il disait tout le temps qu'il était content.

- Oui, hé bien moi, j'ai pas envie d'aller me mettre là-dedans. Tu sais, tu peux plus faire comme tu veux. Tu dois manger en même temps que les autres, aller dormir et te lever à telle heure. Et puis, il y a Cécile qui vient toutes les semaines pour le chant. Et moi, j'aime pas chanter. J'ai jamais su et c'est pas maintenant que je vais commencer.

- On est bien là, au dernier rang, hein? On voit arriver tout le monde et on peut discuter tranquille.

- C'est vrai, en plus, on est les premières à monter signer sur le cercueil et on peut sortir plus vite.

- Dommage qu'on entend pas toujours bien ce que dit le curé depuis ici.

- Hé! Attends, tourne pas la tête tout de suite. Je viens de voir rentrer le Maximilien. Il a pas l'air trop fier.

- Où ça? Je le vois pas.

- Mais si, il est à côté du bénitier, il est en train de saluer Marie de Jean-Jacques.

- Ah! Ça y est, j'ai vu. Mais... il a presque plus de cheveux! Et il a l'air tout gêné.

- Ça, c'est depuis qu'il a plaqué la Julie, il fait moins le fier. Tu savais?

- Oui, c'est sûr, toute la commune en parle. T'as vu comme il est habillé? Sa nouvelle bonne-amie doit pas trop s'occuper de lui. Tu trouves pas qu'il est plus vilain qu'avant?

- Si si, on dirait que ça lui porte pas chance, une méchanceté comme ça. Ma foi, c'est bien fait pour lui.

- Bon, c'est bientôt l'heure? Il est en retard, le curé. Déjà qu'il fait tellement long pour dire la messe.

- Oui, j'aimais mieux celui d'avant. C'est dommage qu'il soit parti, il était bien.

- J'aimais bien aussi, mais quand même, il buvait un peu trop.

- Mais au moins il disait la messe beaucoup plus vite.

- Je pense à ce pauvre Célestin. Tout seul en haut là-devant. Tu as vu, l'église est même pas à moitié pleine. C'est que c'était pas une grande famille.

- Quand même, il aura jamais eu autant de monde autour de lui, Célestin. Il était un peu sauvage, tu te rappelles?

- Oui, déjà à l'école, il restait toujours tout seul dans un coin. Et il s'est jamais marié. Tu crois que c'est parce qu'il a pas trouvé ou bien parce qu'il avait pas envie?

- J'en sais rien, mais je crois que la Louise, tu sais, la fille au cloutier, hé bien, elle aurait pas dit non. Mais ce grand imbécile de Célestin, il était bien trop timide. Il a jamais rien osé dire. Pour finir, elle s'est mariée avec Jean-Robert du cordonnier et ils ont eu tellement d'enfants que je me rappelle jamais combien.

- Douze. Je sais parce que j'ai habité longtemps à côté. Louise, je l'ai toujours vue enceinte. Parce qu'en plus elle a fait plusieurs fausses couches.

- Heureusement!

- Tu as vu, le banc de la famille au premier rang, il est presque vide. C'est qui, ceux qui sont assis là?

- Il y a Denise et Louis, c'est des cousins, mais éloignés. Il me semble que je reconnais aussi Paul, celui de Catherine. Mais il est pas de la famille. Qu'est-ce qu'il fait au premier rang?

- C'est vrai, ça. Il devrait être derrière. Y en a qui se gênent pas.

- Oh! Regarde! C'est Jeannette-des-chats qui s'est mise juste devant nous!

- Chut! Parle pas trop fort! Elle est à côté de Charles. J'ai entendu dire qu'ils fréquentaient. C'est vrai?

- C'est bien possible, en tout cas Rosette les a vus un soir qui se promenaient sur les Crêtes. Faut croire que c'est sérieux.

- Quand même, elle a au moins cinq ans de plus que lui.

- Et alors? Mon mari (paix à son âme), il avait dix ans de moins que moi! Tu te rappelles?

- Ah oui, c'est vrai. Et... c'était comment?

- Quoi, c'était comment? Tu veux dire, au lit?

- Enfin, Marinette!

- Quoi! Fais pas l'hypocrite! On a passé l'âge. Maintenant, on peux bien dire. Tu as vu les jeunes, comme ils parlent?

- Oui, hé bien, j'étais dans le car l'autre jour. Il y avait deux gamines derrière moi. Elles disaient de ces choses! Tu te rends pas compte! J'étais choquée!

- Bon, ça commence bientôt? Je commence à avoir mal au dos. Qu'est-ce qu'on est mal assis dans cette église!

- Je crois qu'on attend encore ceux du chœur. C'est presque tous des régents. Il faut qu'ils expédient les écoliers avant de venir.

- Il aura jamais eu tant de monde pour s'occuper de lui, ce pauvre Célestin!

 

rf/16.08.12

 



06/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres